Organisation territoirale et communauté
Descriptions

De gche à dte : Dr Colombani, Pdte de la FNCS – P. Barros, Maire de Fosses (95) gest. d'un CDS, Dr Pénicaud, SG de la FNCS - Dr Pichon, de l'AGECSA (38), gest. de 5 CDS à Grenoble – N. Revel, DG de la CNAMTS – F. Crémieux, Adjoint au DG de l'APHP

Lors du congrès national des centres de santé, la table ronde organisée par la FNCS a réuni des invités prestigieux pour échanger sur les nouvelles organisations en soins primaires qui découlent de la stratégie nationale "Ma santé 2022".

Les centres de santé sont en première ligne pour promouvoir les soins intégrés à savoir des soins structurés en équipe, centrés sur le patient dans la globalité et la continuité.
Sur le terrain, on voit le patient ensemble, on délègue des tâches, on met en place de nouvelles prestations, de nouvelles collaborations avec les centres hospitaliers.
Le territoire s'organise en CPTS.
De nouveaux modes de rémunération en équipe sont expérimentés.
Est ce compatible avec un objectif de plus d'efficience ?

En guise d'introduction, le Dr Colombani a rappelé les nombreux dispositifs dans lesquels les centres de santé sont investis, parfois depuis de nombreuses années, tandis que leur reconnaissance par les institutions n'apparait pas toujours très marquée dans les régions.

Les centres de santé, structures de soins primaires, ont été parmi les premiers à développer les pratiques avancées des infirmières, par ex. à Saint Denis (93) ou Nanterre (92). Certains centres sont à l'initiative pour la création de CPTS, d'autres participent aux expérimentations innovantes de l'article 51. D'autres encore se sont investis dans la pratique d'IVG instrumentale à Arcueil (94), Malakoff(92) ou encore Aubervilliers (93).

De nombreux centres de santé sont en cours de création.

La FNCS en recense plus d'une centaine actuellement. De nombreuses collectivités locales, notamment des conseils départementaux, sont en réflexion pour développer une offre de soins par le biais du salariat des professionnels de santé dont l'attractivité n'est plus à démontrer.

La coopération avec les acteurs du territoire de proximité fait partie intégrante des modalités d'organisation des équipes des centres de santé, notamment dans le cadre des contrats locaux de santé. Les CPTS, si elles sont inclusives et non pas libéraux-centrés, permettront d'élargir et structurer les échanges dans la communauté d'acteurs d'un territoire.

Les centres de santé doivent être reconnus comme des acteurs à part entière digne de l'attention qu'ils sont en droit d'attendre. Ce serait par exemple, permettre aux équipes d'accéder aux outils "ameli pro" indispensable à la bonne gestion de la structure, participer à la gouvernance de la CPTS de leur territoire, et naturellement disposer des mêmes soutiens que les autres acteurs d'accès aux soins primaires...

Le Directeur général de la CNAMTS, avec qui la FNCS travaille à la transposition des conventions libérales, n'a pas manqué de rappeler les avancées réelles qui ont été opérées dans le traitement des centres de santé dans le cadre de l'Accord national. Il souhaite rester attentif aux travaux qui doivent aboutir dans les plus brefs notamment concernant les outils déclaratifs en ligne.

L'APHP, avec qui de nombreux centres de santé sont en coopération, souhaite tisser de nombreux liens avec la médecine de ville. Les partenariats, facilités par la nature intrinsèque des centres de santé, se poursuivront dans les mois et les années à venir.

Public
Quand
Vendredi 4 octobre 2019