Par communiqué en date du 4 avril 2020, le Ministère des solidarités et de la santé autorise la téléconsultation par téléphone, pour les patients dépourvus de moyens de connexion en vidéo, dans le cadre de l'épidémie de covid-19

La FNCS se félicite de cette décision, résultat de mobilisations et expressions conjointes de nombreux acteurs de la santé.

Dans son communiqué, "La fracture numérique s'invite au sein de la téléconsultation, ou comment contribuer aux inégalités de santé", la FNCS rappelle ces chiffres particulièrement importants : près de 13 millions de personnes sont éloignées du numérique dont près de 6,7 millions ne se connectent jamais.

La FNCS salue la décision du Ministère des solidarités et de la santé.

"Cette décision vise à améliorer le suivi médical dans un contexte de confinement, et à permettre la détection de cas suspects ou le suivi de personnes particulièrement fragiles, lorsque les patients n’ont pas accès aux technologies numériques (smartphone ou matériel de vidéotransmission, connexion internet ou mobile permettant l’échange vidéo…). Il s’agit bien souvent des Français les plus précaires ou les plus éloignés de l’accès aux soins, auxquels ils convient d’apporter toutes les solutions possibles, dans cette situation exceptionnelle.

Ces consultations, qui seront donc réservées aux patients atteints ou suspectés de Covid, ou bien en affection de longue durée ou âgés de plus de 70 ans, sans moyens vidéo, seront prises en charge comme les autres téléconsultations dans le cadre de la crise sanitaire."

Quand
Samedi 4 avril 2020
en lien avec cet article
message de l'assurance maladie

Message de l’assurance maladie aux gestionnaires des centres de santé et aux professionnels de santé.

Dans les circonstances sanitaires sans précédent que nous connaissons depuis quelques semaines, la téléconsultation s’est installée auprès des médecins comme une...

La fracture numérique s’invite au sein de la téléconsultation

Mardi 31 mars 2020 - 00:00 - 23:59

ou comment contribuer aux inégalités de santé.

La Fédération Nationale des Centres de santés (FNCS) a interpellé par courrier le 30 mars dernier le directeur général de la CNAM pour demander, qu’à l’égal des téléconsultations, les consultations téléphoniques soient également cotées pendant une période de 3 mois.

Cette demande s’ancre sur notre connaissance du réel.

Les centres de santé se sont mobilisés pour mettre en place la téléconsultation. Si nombre de nos patients disposent des moyens pour en bénéficier, nous savons également que certains d’entre-eux n’en ont pas la possibilité, notamment dans les territoires populaires et parmi nos patients âgés.

"13 millions de personnes sont éloignées du numérique", dont 6,7 millions qui ne se connectent "jamais" à Internet.

Les non-diplômés, les personnes âgées, sont parmi les plus touchés par ces inégalités sans compter les "zones blanches " de certains territoires. Un chiffre particulièrement important.

Malheureusement cette fracture numérique a des conséquences quotidiennes mais aujourd’hui elle rajoute une inégalité supplémentaire à l’accès à la santé. C’est ce qui légitime notre demande de prise en compte des consultations téléphoniques classiques.

Il serait incompréhensible que la CNAM reste sur sa position au moment où nous appelons l’ensemble de la population à respecter le confinement. S’il en est ainsi, elle prend le risque de contribuer à l’isolement de certains de nos patients en cette période difficile, notamment des plus fragiles, et contribue à une perte de chance pour ces populations.

La téléconsultation n’est pas l’outil miracle pour tous … pas encore.

La FNCS demande à ce que des dispositions dérogatoires soient prises dans ce sens.

Contacts :

  • Dr Hélène COLOMBANI, Présidente - president@fncs.org – Tél. : 06 68 05 94 20
  • Dr Marie PENICAUD, Secrétaire générale – 01 48 51 56 22
Type d'information: