Situation économique et place dans l'offre de soins de demain

[...] la mission a constaté la réelle utilité sanitaire et sociale des centres de santé.

S’ils ne représentent que 2,4% des dépenses de santé ambulatoires au niveau national, ils assurent une offre de soins précieuse dans des quartiers à faible densité de professionnels libéraux et répondent aux préoccupations financières d’accès aux soins grâce aux tarifs opposables et à la pratique de la dispense d’avance de frais. Ils accueillent, de fait, en général, des populations plus précaires que la moyenne nationale des médecins libéraux.

Ils répondent aux attentes d’une bonne partie des jeunes professionnels qui souhaitent travailler en équipe, être déchargés de tâches administratives, diversifier leurs activités soignantes et mieux concilier vie professionnelle et vie familiale. De ce point de vue, ils suscitent le même engouement que les maisons de santé.

Enfin, les centres de santé peuvent répondre aux attentes d’une politique de santé nouvelle et plus exigeante : ce qu’il est convenu d’appeler la transition épidémiologique conduit à renforcer les mécanismes de coordination des professionnels, ce à quoi les centres contribuent déjà ; ils développent, fût-ce inégalement, des actions de prévention et de promotion de la santé et constituent un appoint utile à l’organisation de la permanence des soins ; ils peuvent enfin, avec toute la prudence liée à des données partielles, contribuer à la maîtrise des dépenses de soins.

Rapport IGAS - Synthèse - [4] - p3

Public
Lundi 1 juillet 2013